Aurélien Leroy – « J’ai vraiment une bonne équipe, je pense que ça va être très bien »

Equestrian News : Bonjour Aurélien, c’est très gentil à toi de nous recevoir pour ce petitDSC_5199.JPG entretien. Pourrais-tu commencer par nous parler de toi en général ? De tes débuts jusqu’à ta réussite sportive ?

Aurélien Leroy : Alors, j’ai commencé l’équitation à 13 ans. J’ai commencé en concours hippiques, sur le circuit Grand Prix Poney jusqu’à 14-15 ans. Ensuite, je suis parti à 16 ans en Angleterre chez Pippa Funnell pendant 3 mois et ensuite j’ai fais deux ans à Saumur à l’ENE. J’étais au pôle France et puis en suivant j’ai passé mon DEJEPS, et je me suis installé à mon compte à Damiattes pas très loin de Toulouse.

E.N : Aujourd’hui tu enseignes dans tes propres infrastructures ?

 Combien de chevaux gères-tu quotidiennement au travail ? Et surtout, comment t’organises-tu ?

AL: J’ai une assez grosse écurie, on a en tout 80 chevaux, dont 40 chevaux en box. Il y en a 25 au travail, 25 chevaux de concours et puis une quinzaine de chevaux de propriétaires qui viennent monter tous les jours.

E.N: Tu peux nous parler un peu de ton piquet de chevaux de têtes ?

AL: Alors dans mon piquet de chevaux de tête j’ai un cheval qui s’appelle Seashore Spring que j’ai à moitié en propriété avec Véronique Réal et qui a commencé 3* cette année, qui passe bien le cap 2* / Pro 1 mais ayant besoin de prendre de la maturité sur des 3*. Après j’ai un cheval qui s’appelle Boyjoyce Chavannais, qui a gagné le CCI ** de Pau, il est classé 3* et Pro Elite Grand Prix, c’est un cheval très performant, qui a gagné le 1* de Fontainebleau aussi. Il a fait une très belle saison malgré une petite baisse de forme dans l’été pour des raisons physiques. Il a été arrêté pendant deux mois, c’était un petit peu compliqué mais il a superbement repris à Pau où il gagne et aujourd’hui il va très bien. Dans mes chevaux de tête j’ai également un 5 ans qui va prendre 6 ans: Bolivar Gio Granno qui est exceptionnel ! Je pense le meilleur de ma vie, enfin jusqu’à aujourd’hui. Il est incroyable ! Il a fait la finale des 5 ans en complet.
Bon après j’en ai un paquet. Mais aujourd’hui, je veux vraiment faire 50/50 entre le concours hippique et le complet. Ma discipline première restera le complet mais sur 25 chevaux j’aurai vraiment la moitié de chevaux de concours hippique et la moitié de chevaux de complet. Et là cette année, j’ai un tout petit peu réduit le nombre de chevaux de complet en vue de 2017 et augmenter un peu le piquet de chevaux concours hippiques.

E.N: C’est vraiment une technique qui t’est bien propre d’organiser ton piquet de chevaux de la sorte ?

 C’est vrai que tu fais vraiment beaucoup de parcours d’obstacles.

AL: Oui oui je crois qu’il y a que moi qui fait ça en France.

 Et puis j’ai des bons chevaux. Déjà je fais pas mal de commerce, je suis dans une région qui est quand même plus adaptée pour faire du concours hippique que du complet. Ça fait partie des raisons pour lesquelles je développe pas mal l’hippique.

E.N: Niveau concours, est ce que ça se passe bien pour toi ? C’est pas trop dur de courir à la fois internationaux, nationaux et jeune chevaux ? Je suppose que tu dois avoir un emploi du temps bien chargé?

SONY DSC

AL: J’ai un emploi du temps très chargé, surtout que je fais les classiques en complet. Un tout petit peu, j’ai arrêté ça, mais je vais reprendre l’année prochaine les classiques en concours. Je fais les nationaux dans les deux disciplines et les internationaux dans les deux disciplines. Je fais donc du concours tous les week-end, plus les clients, plus le commerce. C’est vraiment une organisation mais j’essaie de travailler sur ça et là je me suis entouré de nouvelles personnes encore cet hiver et j’espère qu’on arrivera à développer ça. Pour que ça marche il faut vraiment des gens de confiance à la maison. Ils travaillent très bien puisqu’on est pas souvent à la maison, on passe d’un concours à l’autre. Là j’ai vraiment une bonne équipe, déjà depuis deux ans et on va être épaulé par des gens supplémentaires, je pense que ça va être très bien.

E.N: Tu as eu une fin de saison plutôt bonne, deux victoires en deux week-end, c’est pas mal. On aimerait revenir sur le concours du Pouget, qui te réussit plutôt bien . Tu t’offrais la cinquième place du 3* l’année du dernière et une victoire cette année dans le 1* ! Comment trouves-tu ce concours ?

DSC_7466.JPG



AL: C’est un super concours, de par la qualité du sol et la super ambiance. Il y a moins de pression puisque tout est fini (fin de saison), il n’y a plus d’échéance, plus de gros objectifs donc ça joue dans l’ambiance. Enfin je crois qu’il n’y a pas beaucoup de défauts pour ce concours. L’organisation est toujours au top !

E.N: Nous sommes actuellement à Paris, il se trouve que tu as couru hier le premier cross indoor, événement qui n’avait encore jamais étais organisé à Villepinte. Est-ce que tu peux nous raconter un peu comment il faut s’y prendre pour participer à un tel événement ? S’il y a des sélections ? Comment tu t’y prépares ?

AL: Alors les sélections c’est l’entraîneur, évidemment il savait que j’étais partant pour faire ça, mais c’est Thierry (sélectionneur national, ndlr) qui m’a appelé. Après comme on s’y prépare, c’est un peu atypique pourimg_9304 nous comme pour les chevaux. Il y a toujours un petit côté d’appréhension. En plus, aujourd’hui, ma jument,  qui a fait du complet à haut niveau comme le 3* de Brahmam ou encore qui était cinquième des championnats d’Europe Jeune Cavalier à Jardy (en 2013, ndlr) n’avait fait que du concours hippique depuis deux ans; c’est elle qui s’est classée dans la 145cm de Cagnes il y a trois semaines. Depuis Bordeaux, elle n’avait pas sauté un tronc donc il y avait quand même une petite appréhension mais la warm-up s’est bien passée et connaissant la jument par cœur, j’avais toute confiance en elle. Malgré tout, ce n’est pas une épreuve très facile, même si ça peut le paraître, il faut bien se préparer et être bien dans le truc tout de suite.

E.N: Tu étais associé à Rhexia de Petra, ta jument de 11 ans, avec laquelle tu as déjà participé au cross indoor de Bordeaux. Comment est-ce que tu la sentais sur la piste ? Et toi comment as-tu vécu ce concours?

AL: Bien, très bien ! Enfin, très bien, si j’avais passé la ligne d’arrivée ça aurait été mieux mais la jument était top. (rire) J’ai rien à lui reprocher, c’est une jument qui est très fiable, elle me laisse rarement tomber. Je crois que le parcours était très bien, c’est une jument qui ne le montre pas mais qui est très délicate et qui est vraiment très chaude, je n’ai pas voulu commencer trop vite puis j’ai déroulé mon parcours bien. C’est dur de dire combien j’aurai été mais si j’avais passé la ligne je pense que j’aurai été dans les 3 premiers. Mais sinon elle était très bien, même super bien. Rien à lui reprocher. Elle a bien fait son boulot.

img_93101

E.N: Du coup Villepinte marquait un peu la fin de ta saison de complet on va dire. Si tu fais du jumping, peut être que tu vas faire aussi d’autres indoors ?



AL: Là pour cette année normalement je dois aller à Genève ! Mais rien n’est sûr.

E.N: Sinon qu’est ce que tu comptes faire pour l’année prochaine ?

DSC_3130.JPGAL: Je compte essayer de gagner ! (rire) Je vais commencer certainement par une tournée en concours hippique. Je sais pas trop, ou Villamoura ou Oliva. Ça dépendra et puis après je vais commencer je pense à Tartas cette année puisqu’il y a le 1 et 2*.
Pour Seashore Spring ça va être vraiment les moins de 25 ans à Brahmam et puis s’il va bien pourquoi pas faire du 4* en fin d’année, dans le cadre de Pau.
Boy (Boyjoice Chavannais), lui, il va se consacrer essentiellement au circuit Grand National en Pro Elite Grand Prix. Faire Saumur et tout le circuit.
Rhexia, elle, va rester sur le concours hippique, je vais essayer de sauter 1m50. Après j’en ai plein qui sont en formation, celui qui a gagné le 1* du Pouget aussi qui est très bien mais qui est à vendre et qui appartient à Cédric Lyard et Yannick Le Goupil.

E.N: D’accord, donc un bon planning pour l’instant ! En tant que compétiteur, tu dois avoir certaines envies ? Sur quel terrain tu rêverais de monter ?

AL: Aix-La-Chapelle, sans aucun doute, Aix-La-Chapelle ! Il y en a plein qui diraient Badminton, Burghley et tout ça, mais moi c’est Aix-la-Chapelle ! Après mon rêve c’est aussi les Jeux.

E.N: Mythique Aix ! Merci beaucoup de nous avoir accordé un peu de ton temps. Nous te souhaitons une bonne continuation.

 

AL: Avec plaisir !

DSC_5040.JPG
Aurelien Leroy et Comte Lignière Z, vainqueur du 1* du Pouget cette année
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s