« J’ai dû passer mon galop 7 à l’âge de 27 ans » – Thibaut Vallette

Equestrian News : Bonjour Thibaut, merci d’avoir accepté cette interview.

Thibaut Vallette : « Bonjour »DSC_9282

EN : Vous êtes un cavalier assez peu présent dans les médias, pourriez-vous vous présenter rapidement ?

TV : « J’ai 43 ans et 5 enfants. Je suis militaire et travaille à l’Ecole Nationale d’Equitation depuis 2009. Avant l’ENE, j’étais au Centre Sportif d’Equitation Militaire de Fontainebleau. J’ai commencé l’équitation tôt mais avec beaucoup d’interruptions et eu un premier métier en tant que militaire dans un régiment de Chasseurs Alpins. Je suis rentré dans les sports équestres militaires en 2003. »

EN : Vous êtes donc avant tout un militaire, comment devient-on cavalier militaire ?

TV : « Je suis officier donc je suis passé par l’école de Saint-Cyr ensuite je suis parti en régiment. Les officiers doivent y passer au moins deux ans, pour ma part j’y ai passé trois ans avant de postuler dans la filière Sports Equestres Militaires pour lesquels j’ai passé des tests de sélection. Par la suite, on rejoint durant un an le Centre Sportif d’Equitation à Fontainebleau pour passer l’équivalent du monitorat. On est d’abord militaire et ensuite, on choisit les sports équestres militaires. »

EN : Vous avez donc choisi la filière équestre mais pourquoi le concours complet ?

TV : « Pendant l’année de stage pour l’équivalent du monitorat, on nous attribue un jeune cheval de 5 ans et on fait la saison de concours complet avec ce cheval là. On garde ce cheval là dans notre piquet et ensuite je n’ai fait que ça. Le cheval été destiné à cette discipline par la formation que je suivais et du coup ça m’a plu et au fur et à mesure j’ai eu des chevaux de plus en plus orientés concours complet et j’ai continué dans cette discipline. »

EN : Depuis vous avez eu différents chevaux, parlez-nous un peu plus de Qing, votre cheval de tête.

TV : « C’est un Selle Français, qui a 13 ans cette année. Un cheval qui a commencé le complet assez tard. Il a été acheté par l’ENE assez tard, également, à la fin de son année de 6 ans alors que d’habitude ils n’achètent que des chevaux de 3 ans. Débourré tardivement, fin d’année de 5 ans, il est sorti durant son année de 6 ans un tout petit peu en complet et cso. Il avait été acheté pour un autre écuyer qui faisait aussi du complet, l’adjudant-chef Gildas Flament, l’Ecole l’a acheté pour lui, il l’a sorti pendant son année de 7 ans. Puis Gildas s’est mis au dressage, il a de ce fait quitté l’écurie de complet pour rejoindre celle du dressage et il a demandé, parce que je m’entends très bien avec lui, à ce que ça soit moi qui le récupère. Qing est bourré de qualités physiques et mentales. Il a une grosse locomotion, c’est un gros sauteur et du coup on a gravi les échelons comme ça, ça s’est fait assez rapidement, assez naturellement. »

DSC_0367
Jumping de Bordeaux  2017 – Duel entre les deux équipes de France Championne Olympique

EN : Diriez-vous qu’un peu comme Qing vous avez eu un parcours atypique ?

TV :  »Oui ça c’est sûr ! J’ai dû passer mon galop 7 à l’âge de 27 ans. Mon premier concours à 28 ou 29 ans donc oui c’est un parcours qui est complètement atypique (rire). Par rapport à des gens qui ont suivi le circuit poney, junior et jeune cavalier. Oui oui j’ai un parcours qui est complètement atypique. »

EN : Qu’apporte pour vous, à un cavalier, la structure militaire ?

photoTV : « La structure militaire apporte déjà une certaine discipline dans la façon de travailler, dans l’encadrement, dans la qualité des infrastructures, dans le fait que nous ne sommes pas des marchands de chevaux et donc on peut prendre le temps de former les chevaux, on a le temps de les construire. C’est vrai que c’est un environnement très favorable pour tout ça. Cela induit bien sûr des contraintes dues au statut de militaire, avec des mutations, avec pas mal de choses que les privés ne connaissent pas. Maintenant ça donne aussi une certaine façon de voir les choses, de respect et de valeurs importantes. »

EN : Du coup, comment se prépare et s’oriente la saison d’un cavalier militaire ?

TV : « La saison se partage entre la saison de compétition et la saison de galas avec le Cadre. Le cheval va commencer au Grand National de Saumur, ensuite il va recourir à Pompadour pour aller à Badminton début mai si tous les voyants sont verts et si tout va bien. Après Badminton on refera un point avec Thierry Touzaint, parce que l’objectif ça reste les Championnats d’Europe au mois d’août. Après il faut réussir à jongler avec le calendrier du Cadre Noir et toutes les représentations publiques, plus la formation parce qu’on fait aussi  des cours. »

EN : Vous avez un agenda bien chargé !

TV : « On a trois missions au moins qui sont : la formation des élèves, les galas avec le Cadre Noir et la formation des chevaux que ce soit pour les représentations à Saumur ou pour la compétition. »

EN : En parlant de compétitions, à Saumur se tiendra la première étape du Grand National CCE dans laquelle le Cadre Noir a une équipe. Pourriez-vous nous en dire un peu plus?

DSC_6194
Matthieu van Landeghem

TV : « Je fais équipe avec Matthieu van Landeghem, qui lui a deux chevaux pour faire ces épreuves là : Trouble Fête et Safran du Chanois. C’est une équipe partenaire avec le Cadre Noir et Antarès. On ne va pas forcément participer à toutes les épreuves parce qu’on a chacun des objectifs autres que celui du Grand National, je sais que je vais faire les deux premières, pas forcément pour être performant mais pour préparer Badminton. On est un peu dans le même état d’esprit puisqu’il faut qu’il courre des CCI3 cette année donc voilà pour nous c’est un circuit de formation des chevaux et de préparation sur les concours plus importants et des échéances internationales. »

EN: Depuis cette année, une modification du règlement vous autorise à courir avec de jeunes cavaliers. Dans votre équipe c’est Jeanne Rossez qui a été choisie. Que pouvez-vous nous dire?

TV : « Il y a aussi Jeanne Rossez, en effet, qui est une élève de troisième année de formation initiale et que j’ai eu en cours de concours complet. Elle a deux chevaux, un cheval pour aller faire de la pro élite et un autre pour faire de la pro 1. Nous sommes contents qu’il y ait des élèves qui puissent faire ces épreuves là et puis de les avoir dans l’équipe c’est assez sympa. »

EN : Avez-vous des projets hors des Championnats d’Europe ?

TV : « Non, juste préserver la santé et le mental de mon cheval de manière à l’emmener au meilleur de sa forme sur ces échéances là. Il y en a deux : Badminton que je n’ai jamais couru avec lui et qui sera notre premier 4* à tous les deux et puis les Europes. La saison est vraiment construite dans ces objectifs là. »

EN : En parlant d’objectifs, avez-vous des chevaux pour le futur ?

TV : « Pas grand chose, j’ai un 5 ans qui va faire la saison des jeunes en 5 ans. Mais on a un métier qui est assez particulier parce qu’on a aussi un piquet de chevaux pour faire les galas. Donc il n’est pas possible d’avoir autant de chevaux que les privés. »

EN : Equestrian News a une question rituelle, quels conseils pourriez-vous donner à des jeunes cavaliers ?

TV : « Beaucoup beaucoup de travail mais je pense que c’est pareil pour tous les sports de haut niveau, c’est énormément de travail, de sacrifices, de respect de son cheval ou de ses chevaux. Aussi de se faire aider, accepter la critique, avoir un regard positif sur tout ça et chercher sans cesse à progresser. Et puis après bien sûr il faut avoir la chance de tomber sur un bon cheval. Je dirais même que tous les chevaux que j’ai monté avant celui là me servent pour celui-là, ne pas enterrer les chevaux trop vite en disant « Il est pas bon » parce que c’est eux qui nous aident à monter les suivant, à chercher des solutions et à progresser. »

EN : Merci encore d’avoir répondu à nos questions.

TV : « Je vous en prie. Au revoir. »

DSC_0185.JPG
L’Equipe de complet Championne Olympique à Rio

Témoignage de Jeanne Rossez – Élève et Co-équipière de Thibaut Vallette

DSC_1160

 

« Je connais bien Thibaut car c’était un de mes profs en 1ère et 2ème année (je fais la formation initiale). C’est quelqu’un de très sérieux dans son travail , c’est un exemple de rigueur à cheval et il essaye de transmettre cela dans son enseignement. Je pense qu’il est très déterminé à cheval et sait exactement où il va. Sinon c’est quelqu’un de très discret qui peut paraître un peu froid mais en fait c’est seulement un peu de timidité parce qu’en vérité il est toujours prêt à donner de son temps et de son savoir pour nous aider. C’est un gros bosseur parce qu’entre ces chevaux de concours du Cadre Noir et les cours il n’arrête pas et c’est un exemple pour moi à cheval. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s