Rencontre – Cinq minutes de bons Sans !

Ce weekend au Pouget se tenait le dernier international de complet de l’année 2017.
Un concours remarquable puisque pas moins de seize nations étaient ici engagées, avec notamment une belle délégation indienne, une autre japonaise, deux cavalières australiennes et beaucoup d’autres. Le monde entier s’était donc donné rendez vous au cœur de l’Hérault, et c’est sous un soleil éclatant que s’est déroulé cette compétition.
Parmi tout ces cavaliers venus des quatre coins du monde, nous avons pu discuter avec le père et le fils Sans, qui à eux deux totalisent plus de 250 engagements en compétitions internationales. Eddy et Romain ont donc gentiment accepté de répondre à nos questions, quelques minutes avant l’épreuve de saut d’obstacles du CCI* où ils présentaient trois chevaux.

Eddy, comment êtes vous arrivé dans le complet ?

Eddy- C’est très simple, je ne montais que des chevaux de club à l’UCPA de la Courneuve, et c’était beaucoup plus simple de faire du complet. Bien plus accessible à l’époque avec des chevaux moyen que du CSO. C’est donc grâce à ce club que j’ai débuté le complet, et je n’ai jamais su faire autre chose, donc, j’y suis resté ! 

Quels sont donc vos parcours respectifs?

Eddy- On a fait tous les deux les Championnats d’Europe Poney à Malmö, avec vingt et quelques années d’écart. Pour ma part, j’ai fait les Championnats d’Europe Junior une fois, tandis que Romain les a déjà fait deux fois.

Quelles études avez-vous choisi et pourquoi?

Romain- Je suis en STAPS privé à Cergy- Pontoise. Mes raisons ? J’aime le sport, et je voulais rester proche de chez moi pour pouvoir continuer à monter à cheval.

Eddy- J’ai ouvert mon écurie quand j’étais encore au lycée, et après m’être rendu compte que je ne pouvais pas faire les deux j’en ai arrêté un: le lycée.

23592345_727298014144012_5258386673853098806_oEddy, pour vous est-ce que c’est plus facile de monter ou de regarder vos fils monter?

Je vais dire de monter, car quand ils sont à cheval je n’ai pas peur de l’accident, j’ai peur qu’ils fassent une erreur technique et qu’ils soient déçus de leur résultat. Alors que pour moi une erreur technique n’est pas grave, je sais la gérer.

Comment projetez vous la saison 2018 respectivement?

Eddy- Je pense pouvoir refaire un petit peu de Grand National et de 3 étoiles, ce qui pourrait nous permettre de faire une équipe en commun sur le Grand National.

Romain- Moi cela va être une année en jeune cavalier, l’idéale sera d’être sélectionné pour participer aux Championnats d’Europe avec le cheval qu’on m’a confié. Et j’aimerais essayer de qualifier ma jument de tête pour les 3 étoiles.

Justement comment marche vos relations avec les propriétaires, est-ce que vous avez les mêmes?

Eddy- Oui effectivement on a les mêmes, ce sont au départ mes propriétaires. Romain est arrivé dans la boucle et tout le monde s’entend bien. Actuellement son cheval, c’est un cheval que je montais encore il y a peu de temps en 2 étoiles. Et comme il n’est pas très grand, il se sent bien mieux avec soixante kilos sur le dos que quatre vingts. En discutant avec la propriétaire, nous avons donc établit un nouvel accord, et puisqu’elle connait Romain depuis très longtemps cela n’a pas été un problème. Elle est ravie qu’il fasse de belles échéances avec lui.

Et finalement comment marche la relation père/ coach?

Eddy- On a jamais eu de problèmes ! Des bases et des règles ont étés définies au début, je n’ai pas essayé d’en faire des machines, juste de leur apprendre à monter à cheval, après ils faisaient ce qu’ils voulaient. Guillaume a choisit des études de médecine, et Romain c’est plus « sur le tas » puisqu’au départ il ne montait même pas… J’ai essayé de rester très père et juste les emmener dans une passion.
Maintenant avec Romain je rentre plus dans la technique, mais c’est plus une relation d’échange entre nous que de coach.

Romain- Oui, il a plus cherché à nous apprendre les bases, à toujours être là quand on avait besoin d’aide, et maintenant on est au même niveau. On échange, si je vois quelque chose je lui dis et vice versa, et je pense que c’est mieux comme ça.

Equestrian News remercie Eddy et Romain Sans pour leur temps.

Propos recueillis par Marie Diebold, le 19/11/17.

Publicités

Une réflexion sur “Rencontre – Cinq minutes de bons Sans !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s