Jade Fleur Calaque – « Cette Finale c’est un peu l’aboutissement d’une année internationale »

A quelques heures de la finale du Circuit FEI Ponies Jumping Trophy, l’équipe d’Equestrian News est partie à la rencontre du seul espoir français engagé.
Même si la France comptait plusieurs cavalières qualifiées, telle que Camille Favrot ou encore Carla Garriga, seul Jade Fleur Calaque a choisi de faire le déplacement jusqu’en Belgique, ici à Mechelen, afin de disputer la finale de
la première édition du circuit FEI PJT !

Equestrian News : Que penses-tu du circuit PJT ?

Jade Fleur Calaque : Je trouve que c’est vraiment une super opportunité, pour nous, cavaliers poneys, de pouvoir côtoyer les « grands de ce monde » ! C’est vraiment une chance ..

23231351_721916561348824_7574592740575791220_n.jpg

Qu’est ce que représente pour toi cette Finale ?

Pour moi cette Finale c’est un peu l’aboutissement d’une année internationale, parce que c’est mon dernier concours international poney. C’est aussi un peu de tristesse, parce que c’est mon dernier concours, donc forcément un peu nostalgique, mais je suis assez motivée pour venger la médaille que je n’ai pas eu aux Europes !

Est-ce une pression supplémentaire d’être la seule française à défendre nos couleurs, à la différence des autres nations participantes ?

Je dirais que non ! Bizarrement, le concours où j’ ai été la plus stressée, sur le circuit PJT c’était à Lyon, devant le public français. Ça me plait bien d’être la seule française, puisque je n’ai pas à me comparer à des gens que je connais, et je pense que c’est plutôt une force, oui. Mais c’est vrai que les irlandais qui sont 3, ou 4, je ne sais plus, eux, ils ont leur Team, c’est plutôt cool !

Comment se sont passés les étapes auxquels tu as participé ? (Résultats, coaching, ambiance, ton Poney, voyage …)

Toutes les étapes se sont plutôt très bien déroulées. C’est vrai que le circuit est nouveau dans le contexte Longines etc, mais toutes les organisations mettaient vraiment tout en œuvre pour que ça se passe bien, l’ambiance était vraiment bonne, surtout au niveau des cavaliers. La barrière de la langue n’existe presque plus, et ça, c’est vraiment bien !
Pour les résultats, je suis tous les jours sans faute à Vérone et à Stuttgart, un peu moins de chance à Lyon, puisque j’étais stressée.. Paddy a super bien sauté à chaque fois, et le voyage s’est toujours très bien passé.
Au niveau du coaching, à Vérone, j’étais coaché par Penelope Leprevost, à Lyon, par mon coach, Eric Murh, et à Stuttgart, par la famille Bollen, qui sont les personnes qui organisent la finale du circuit, à Mechelen ici dans quelques heures !

Comment as tu préparé cette dernière échéance ?

Alors je ne l’ai pas vraiment préparée. Après Stuttgart, je suis allé re-sauter au Mans, il y a 10 jours maintenant, où je gagne le Grand Prix le jour de mon anniversaire, donc c’était plutôt un très bon entrainement (rire). On a ensuite décidé de laisser Paddy en Normandie, pour qu’il ne refasse pas la route pour descendre du Mans, puis remonter en Belgique, à Mechelen, pour la Finale. Il a donc fait une semaine de paddock et de longe pour le maintenir un peu forme. Mais disons que je n’ai pas préparé cette échéance comme on prépare un Championnat d’Europe, c’est pour moi un dernier moment où je souhaite me faire plaisir et ne pas me prendre la tête.

Tu t’offres donc le Grand Prix du CSIP Du Mans le jour de ton Anniversaire ! Comment c’était ? Incroyable ?

Oui, c’était vraiment incroyable le Mans ! Dès Aout, après les Championnats d’Europe, où j’ai organisé ma saison jusqu’en Décembre, j’ai dis « Papa, Maman, je veux absolument aller au Mans ! Le grand Prix c’est le dimanche 17, et c’est mon anniversaire, et je veux vraiment m’offrir ça pour mon anniversaire. » Et depuis Septembre j’en parle, et je sais que le Grand Prix du Mans c’était pour moi, et j’ai réussi à faire ce que je voulais.
Et ça, c’est vraiment bien de pouvoir suivre ses plans ! Se dire, je veux gagner cette épreuve et la gagner, c’est, Incroyable !

19944325_675673439306470_4516484195888715675_o.jpg

Plus que quelques heures avant le début de la compétition, peux-tu nous donner tes habitudes/rituels de préparation ?

Alors, oui, ça approche à grand pas ‘rire’. D’ailleurs, je me suis mis une alarme sur mon téléphone pour me dire qu’il fallait que j’aille au boxe à 13h30 ‘rire’. Je n’ai pas vraiment d’habitude, ce que je fais c’est que je masse mon poney avant chaque épreuve. C’est quelque chose que je fais, pour nous mettre un peu en route, dans la compétition. On sait qu’à ce moment là, on rentre dans la phase de préparation, et on se met tout simplement en route mutuellement.

On parle beaucoup de Ghost, mais comment va Quick ? A-t-il trouvé son ou sa nouvelle Cavalière/Cavalier ?

Oui c’est vrai que Ghost, est beaucoup plus médiatisé que Quickly. Il n’a pas re-fugué, c’est ce que je peux vous dire ‘rire’. Il va très bien, je le monte aux écuries. Tressy Murh s’en occupe également, et Marine Boudia, l’a sorti récemment en concours puisque j’étais sur le circuit Coupe du Monde, et que je ne pouvais pas l’emmener. Il n’a pas trouvé encore son ou sa nouvelle cavalier/cavalière. Disons que toutes les personnes qui l’ont essayé jusqu’aujourd’hui, n’étaient pas assez bien pour lui. Mais c’est en bonne voie, ici, à Mechelen, nous allons rencontrer des gens pour lui. C’est un poney formidable, qui attends juste de trouver son nouveau pilote ! Je suis persuadé qu’il va refaire une belle carrière après moi.

EN_SCP2017IMG_6479.jpg

Comment va se passer ton avenir ? Un cheval se cacherait-il aux écuries ?

Alors non je ne cache pas de cheval dans mes écuries ! On va se laisser jusqu’à cet été pour chercher un bon cheval. Après, je ne suis pas pressée, je veux vraiment avoir un cheval coup de cœur comme celui que j’ai eu pour Paddy. Si on pouvait me cloner Hermès Ryan, je serais vraiment contente ‘rire’, mais non pour l’instant, nous n’avons pas trouvé quelque chose qui me convienne, puisque je suis quand même assez exigeante.

EN_SCP2017IMG_6131.jpg

Toute l’équipe d’Equestrian News souhaite bon courage à la jeune amazone, seul espoir tricolore dans cette finale du PJT !

Propos recueillis par Salomé Leclerc.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s