BORDEAUX | « Un jeu de massacre »

C’est à Bordeaux qu’il fallait être ce soir pour assister à la dernière épreuve qualificative du circuit Coupe du Monde. Au départ, 40 couples, dont les célèbres Pieter Devos et Espoir, Kevin Staut et For Joy Van’t Zorgvliet HDC ou encore le maestro Marcus Ehning et Funky Freak sont venus disputer cette étape afin de récolter des points pour la finale. Pour le tracé on retrouve Jean-François Morand qui dessine ce parcours en 16 difficultés dont un verticale palanque à 1m65 de haut, une spa très voyante ainsi qu’un triple très court; et aux commentaires c’est Nelson Montfort et Alban Poudret qui ont vaillamment animés cette épreuve.

La reconnaissance du parcours s’est faite anxieuse pour la grande majorité des cavaliers : Philippe Rozier pilier de l’équipe de France et champion olympique a décidé de ne pas partir sur ces hauteurs afin de préserver son cheval :  » Le tour est trop gros et je connais la générosité de Cristallo. En plus de ça, je ne cours pas après les points CDM donc ça n’a aucun intérêt pour moi de partir là-dessus « . Et en effet il ne s’était pas trompé ..Durant cette première manche il y aura eu énormément de casse : de nombreux couples que l’on s’attendait à revoir au barrage ont écopés de 4 ou 8 points à l’image de Pénélope Leprevost qui sort de son tour  » très déçue  » et d’autres sont tout bonnement éliminés ou se retirent de la compétition (Nicolas Deseuzes, Denis Lynch ou encore Christan Kukuk).

A l’issu des 40 partants, 6 seulement ont réussi à garder un score vierge : 3 belges, 1 allemand, 1 suédoise et 1 espagnol. On note dans ce tour la chute, sans mal, d’Aldrick Cheronnet sur le vertical palanque n°9, la mauvaise foulée qui a fait trembler Bordeaux pour l’Aquitain Olivier Robert sur le double n°8 et la sortie en 8 à 12 points de certains des meilleurs cavaliers mondiaux. Kevin Staut revient sur sa prestation en sortie de piste :  » ça se sentait à la reconnaissance que c’était un parcours difficile et les chevaux étaient pour la plupart très frais. Personnellement j’ai trouvé ça dur et gros ; il y avait une technicité normale mais des efforts du début à la fin. Je n’ai pas très bien monté et j’avais un mauvais pressentiment. « 

Gregory Whatelet et Iron Man van de Padenborre
© Equestrian News/Mathilde Morancey

Le barrage ne fut pas long en suspens, c’est l’allemand Daniel Deusser sur son magique Tobago Z qui l’emporte aux coude à coude avec le belge Grégory Whatelet en selle sur le puissant Iron Man van de Pandenborre (46’’37 contre 47’’72 et ce, grâce à une très belle option devant le numéro 1 en sortie de double). Sur la dernière marche du podium, on retrouve l’espagnol Eduardo Alvarez Aznar aux rênes de Rockfeller de Pleville Bois Margot en 49’’16 – qui par ailleurs se qualifie pour la finale en Suède. La meilleure performance française se situe à la 9ème place par Simon Delestre essuyant une petite faute sur la spa qui lui coutera donc le barrage, une possible victoire et sa place en finale à Gotebörg : Thierry Pomel reviendra sur les parcours tricolores avec une pointe de déception (à retrouver prochainement sur Equestrian News). On y retrouvera cependant Kevin Staut, Olivier Robert mais aussi Martin Fuchs, Steve Guerdat et bien sûr Daniel Deusser !

Résultats complets ici.


Une réflexion sur “BORDEAUX | « Un jeu de massacre »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s