Les jeunes au micro – Louise Perrin, en pleine ascension.

Tout juste revenue de la Super As CCE de Fontainebleau où elle remporte sa première As Poney Élite, Louise Perrin s’est prêtée au jeu de l’interview. L’occasion pour nous d’apprendre à connaître cette jeune cavalière qui semble en pleine ascension vers des objectifs internationaux…

Louise Perrin, 15 ans, est située au Mans avec son poney de 12 ans, Taleyrac. « Je monte Taleyrac depuis septembre 2017. Il a tout à fait le potentiel d’être un des meilleurs poneys de complet du moment, mais il va falloir du travail pour régler nos problèmes de contrôle sur le cross. Je dirais qu’il sort de l’ordinaire en dressage (…) : il est chic et à une très belle locomotion. »

À la Tournée des As de Tours-Mettray 2019 (©️Equestrian News/Marion Poisson)

Le complet, pour Louise, c’est à la fois une évidence et un moyen d’obtenir une relation de confiance avec son poney : sans confiance, pas de résultats. « J’aime beaucoup cette discipline car elle allie précision, élégance, risque, adrénaline…Ce qu’aucune autre discipline ne m’apporterait ! » Une évidence, aussi, du fait du statut de cavalier international CCE de son père Philippe Perrin, qui gère une structure au Mans aux cotés de la mère de Louise ; elle a donc logiquement été attirée par la compétition dès son plus jeune âge, bercée par l’exemple de son père mais aussi par des figures iconiques du complet : « Mark Todd, car c’est un cavalier exceptionnel dans ses résultats et son efficacité » et « Michael Jung, pour sa monte tout en finesse et son efficacité redoutable ! »

Elle a donc intégré le monde du complet jusqu’au plus haut niveau à poney, tout en portant haut ses valeurs : « Pour moi, le plus important c’est d’avoir une relation parfaite avec Taleyrac, dans le travail comme à pied ! Ce qui m’est insupportable, ce sont les gens qui ne prennent pas soins de leurs montures qui, elles, donnent tout pour nous. » Cette préoccupation prépondérante pour le mental de son poney, Louise en fait une force ; dans l’entraînement de Taleyrac, « quelque soit la discipline que l’on travaille, le plus important reste toujours le moral du poney. »

Sur le cross de la victoire : à Fontainebleau (©️Equestrian News/Clémence Chapelle)

Et ça semble bien marcher, comme peut l’appuyer la coupe qu’elle a ramené de la Super As CCE de Fontainebleau. Dès le dressage Taleyrac (…) avait seulement l’énergie qu’il fallait sur le carré ! la plupart des poneys étaient sur l’oeil, notamment le mien, ce qui nous coûtera deux fautes au pas, malgré une très bonne reprise ! » Dès le dressage, notre couple se place donc en pôle-position devant Chloé Gualtieri et Virtuose Teakitina, top 10 aux derniers championnats d’Europe.

Et la suite du concours n’a pas été décevante ! « Pour le cross on avait fait pas mal de changements qui ont été bénéfiques sur cette épreuve ! Tactac était très droit, n’a rien regardé, je suis fière de nous car c’est le cross que je redoute le plus… » Le dernier test, « Le parcours de cso, était assez gros et tournait beaucoup. Les oxers étaient carrés en grande majorité ! J’avais sous ma selle un poney pas du tout fatigué, qui n’a pas manqué de conditions… Il a super bien sauté, n’a pas touché une barre ! C’était l’un de nos meilleurs tours ! »

Et c’est gagné ! (©️Equestrian News/Clémence Chapelle)

De cette victoire, Louise tire une grande fierté : c’est leur première à ce niveau, et ils ont mené le concours de bout en bout ! On peut aussi sentir un goût de revanche sur le CCIP2* d’Ardingly. « Ardingly, est un site vraiment magnifique, bien entretenu, tout était sur herbe. On a fait une superbe reprise de dressage, un bon cso sans faute ! On était en tête après le dressage et le cso. C’est une fierté de gagner ces 2 premières épreuves pour notre premier international sous les couleurs françaises ! On s’entendait tous bien, il y avait une très bonne ambiance ! » mais la météo anglaises désastreuse a empêché Louise de confirmer sa grande forme : le concours est annulé sous cause de risques conséquents inhérents au maintien du cross. « Nous étions tous très déçus de ne pas avoir pu courir le cross, car pour certains c’était leur dernier à poney. Pour ceux, comme moi, qui visent les championnats d’Europe 2020, cela fait une chance en moins d’avoir une qualification… il s’agissait d’un magnifique cross qui, je pense, allait faire du tri, mais c’était une décision raisonnable car le terrain n’était vraiment pas praticable ! »

(©️Equestrian News/Marion Poisson)

Une première expérience international donc, en cohérence avec l’objectif des championnats d’Europe 2020. Comme souvent à poney, il ne faut pas traîner car l’âge fatidique des 16 ans n’est jamais bien loin… « J’essaie de ne pas trop y penser mais je pense que le monde du poney va beaucoup me manquer. J’aimerais quand même continuer à monter Taleyrac après mes 16 ans, mais puisque c’est un ONC il ne peut pas courir d’épreuves amateurs pour l’instant. Mon petit frère Jules monte lui aussi en complet, peut-être qu’il le récupérera… tout ça est encore flou. »

Si la victoire de Fontainebleau est encourageante, Louise semble tout à fait consciente du chemin qu’il reste à parcourir : « Taleyrac est délicat sur le cross, j’ai encore du mal à le gérer (…) il faut du travail ! » Un paramètre à améliorer donc, pour atteindre son objectif : la régularité cette saison et les prochains championnats d’Europe aux côtés de l’équipe de France.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s