Les jeunes au micro – Zazie Gardeau, en route vers l’avenir.

C’est dans le sud de la France que nous donne rendez-vous la prochaine cavalière à prendre le micro d’Equestrian News. Zazie Gardeau, 18 ans, est cavalière de l’équipe de France CCE Junior. On l’a retrouvée notamment aux championnats d’Europe de Fontainebleau en 2018 où elle sera couronnée d’Or par équipe, et à ceux de Maarsebergen en 2019 où l’équipe de France ramènera le bronze. Ces derniers championnats d’Europe ont clôturé pour Zazie et sa jument de tête Udine Jolimon Bearn une saison remplie de succès. Rétrospectivement, c’est difficile pour Zazie de choisir un seul concours à retenir de sa saison, car « tous les concours ont leur saveur particulière, mais je retiendrai ceux de Pompadour et du Lion d’Angers, où je remportais pour ma première fois ce type d’épreuve, c’était une période où tout s’alignait bien pour nous, j’en garde de très bons souvenirs ! »

Zazie Gardeau & Udine Jolimon Bearn au Lion d’Angers (©️Equestrian News/Axel Gris)

À cela, on se doit d’ajouter la victoire « au Pouget en Novembre, où je courrais mon premier CCI 3 étoiles. J’étais venue chercher une qualification, je voulais aussi voir comment Udine et moi allions gérer ce nouveau niveau d’épreuve. » Une sorte de premier contact avec le très haut niveau pour le couple, qui avait préparé l’échéance sans pour autant oser espérer une victoire. « Physiquement et mentalement nous étions préparées, mais l’objectif premier n’était pas forcément la performance. C’était incroyable ! Je ne m’attendais pas à ce résultat alors c’est vrai que je ne suis pas prête de l’oublier. » Un premier succès dans le format 3*-L qui est de très bon présage pour la suite.

Mais tous les cavaliers s’accorderont à dire que l’essentiel d’une victoire ne se joue pas sur le week-end du concours, c’est un travail, une attitude, un état d’esprit au quotidien. La jeune fille que nous avons rencontrée fait preuve d’un équilibre mental impressionnant, qu’on peut sans doute corréler à ses performances sportives. À côté de se vie de sportive, elle est étudiante à la prestigieuse INSA de Toulouse. « À l’INSA je suis dans une classe de sportifs, dans laquelle nous bénéficions d’aménagements horaires. (…) Cela représente un réel avantage pour concilier les études et le sport. » Même avec ces aides, Zazie doit faire des concessions et organiser son temps au mieux. « Parfois il faut que je monte tôt le matin avant les cours, ou à la pause de midi. Avoir un double projet c’est un choix, ça représente certains sacrifices, mais j’en ai envie et je sais ce qui me motive dans mes deux « vies », alors ça fonctionne plutôt bien. » Au final, ces deux vies, comme elle le désigne, semblent même l’aider à trouver son équilibre puisque chacune d’elle renforce des valeurs différentes mais primordiales et « assez complémentaires : grâce au sport j’apprends la persévérance, la volonté de réussir, mais aussi la gestion du stress alors que l’école m’apprends la rigueur, la concentration et surtout m’apporte une culture et une éducation. Les deux domaines sont indissociables pour moi. »

Zazie Gardeau et Udine Jolimon Bearn au Lion d’Angers (©️Equestrian News/Axel Gris)

Dans son quotidien, le souci de la « considération de l’animal » transparaît dans ses paroles. Il est « notre partenaire (…), une personne à part entière avec son caractère et ses envies, dont on doit tenir compte dans la gestion de la performance. » Zazie souligne aussi que dans son entourage de cavalière, elle « aime être dans le partage, avec mon coach et l’équipe qui m’entoure. À CHEV’EL (ndlr : Écurie Chev’el), nous avons une équipe soudée, pleine d’ambition et nous travaillons ensemble vers nos objectifs. »

Une des valeurs qui caractérise Zazie Gardeau, c’est aussi l’humilité. Ce n’est bien sûr pas elle qui le dit, mais c’est ce qu’on ressent à travers ses paroles. Par exemple, à propos des championnats d’Europe 2019 où elle ramène la meilleure performance française, elle souligne que « c’est bien sur le papier, mais en réalité ce n’est pas tellement ça qui importe, ce qu’on retient c’est la performance par équipe, Julie, Nina, Elora (ndlr : J.Simonet, N.Scherer et E.Lyard) et moi on s’est battues ensemble et je pense que c’est grâce à cette synergie qu’on a réussi à performer. » Humilité, Esprit d’équipe, Équilibre.

« Cette année, j’ai pour objectif les championnats d’Europe Jeunes Cavaliers. » Jusqu’ici, les échéances européennes ont plutôt réussi à la Toulousaine : en 2018 notamment, Fontainebleau voit le quadruple sacre individuel/équipe des Juniors et Jeunes Cavaliers. « Ce championnat, c’était vraiment une compétition à part. C’était mes premiers (ndlr : Championnats d’Europe) alors je découvrais toute cette ambiance, toute la magie que ça engendre. On a vécu quelque chose d’extraordinaire, 4 médailles d’or, à domicile, c’était le scénario parfait ! Aujourd’hui quand j’y repense je souris en me disant que c’était fabuleux mais ce n’est pas une finalité, l’avenir est devant, il reste encore de belles compétitions à vivre ! »

Zazie Gardeau et Udine Jolimon Bearn au Lion d’Angers (©️Equestrian News/Axel Gris)

Le programme de sa saison est déjà défini, « assez progressif jusqu’à l’étape importante de la Pro 1 du Lion d’Angers ». Pour épauler sa jolie alezane Udine, Zazie peut compter sur Cesar de Commarin LA. « César c’est un cheval de 8 ans, que j’ai depuis à peine 1 an. Je crois beaucoup en lui, il est appliqué et je pense qu’il a des qualités pour les 3 tests. Cette année on va continuer à se former ensemble tranquillement, j’aimerais bien le mettre sur 3 étoiles à la fin de l’année, s’il me montre qu’il en est capable et qu’il en a envie. » Deux cartouches sérieuses donc pour le très haut niveau.

À l’aube de cette nouvelle année qui commence, nous sommes en plein dans la période charnière de la sortie de la trêve hivernale. Souvent, la reprise des concours est le témoin de la qualité de la trêve et comment elle a été gérée par le cavalier. Chaque cheval a des demandes différentes, et Zazie l’a bien compris. « Mes deux chevaux ont fait une très bonne saison l’année dernière, j’ai donc fait le choix de leur laisser une longue pause jusqu’en janvier pour qu’ils récupèrent et se changent un peu les idées. Par « pause », j’entends des balades, un petit travail sur le plat pour que la reprise ne soit pas trop rude, et des sorties au paddock. »

Zazie Gardeau et Udine Jolimon Bearn à Pompadour (©️Equestrian News/Axel Gris)

« Dès janvier j’ai fait beaucoup de gymnastique, sur le plat avec des barres au sol aux trois allures, ou à l’obstacle avec des lignes pour les assouplir et les muscler. Et à coté de ça un petit galop par semaine pour retrouver progressivement une bonne condition physique. » Tout a donc été pensé pour reprendre au mieux la saison dès la semaine prochaine à Saumur, en Pro 3.

Elle déclare, ambitieuse mais les pieds sur Terre, que Paris 2024 « c’est dans un petit coin de la tête évidemment ! Le rêve olympique, ça fait frissonner n’importe quel sportif. Mais c’est dans longtemps, il reste encore un long chemin à parcourir alors je préfère me concentrer sur des objectifs réalisables à plus court terme. » À court terme donc, l’objectif est clairement la sélection aux Championnats d’Europe 2020. Sur le long terme, c’est plus flou évidemment puisqu’on sait qu’en équitation, d’un jour à l’autre, tout peut basculer. C’est bien consciente de cela que la principale envie de Zazie, sur le long terme, c’est tout simplement « de la réussite et du plaisir à cheval ! » Une légèreté et une passion qui font plaisir à entendre.

Propos recueillis par Mathilde Vial.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s