Un parcours de cross – version honnête.

Après la reprise de dressage – Version honnête, Equestrian News s’attaque au parcours de cross. Test central du CCE, un parcours de cross peut durer jusqu’à une dizaine de minutes dans les plus grosses échéances. Dix minutes de pur spectacle pour un œil extérieur, dix minutes parfois parsemées de moments de solitude pour les cavaliers. On a essayé de retracer honnêtement les étapes d’un parcours de cross qui se passe, disons, moyennement bien.

Le parcours n’a pas commencé, tu as déjà failli tomber cinq fois.

Crédit : Equestrian News/Mathilde Vial

Ça y est, c’est parti.

Crédit : Equestrian News/Mathilde Vial

Le cavalier et son cheval font corps, dans l’harmonie la plus totale ils s’élancent sur le parcours d’ob… euh, ça va un peu vite là, non ?

Le casse-tête des minutes.

Crédit : Equestrian News/Mathilde Vial

Mais c’est pourtant pas compliqué : la vitesse c’est la distance divisée par le temps. Et si tu dérives la vitesse et que tu la divises par le temps, tu trouves l’accélération. D’ailleurs si tu multiplies l’accélération par la masse d’un objet, tu obtiens la somme des forces extérieures qui s’appliquent sur cet objet. On t’avait pourtant dit d’écouter en maths et en physique ! Bon allez, pour te faciliter la tâche, on t’autorise à négliger l’action de la gravité.

Le contrôle, très important le contrôle.

Crédit : Equestrian News/Mathilde Vial

Le moment où tu te sens libre, tellement libre.

Crédit : Equestrian News/Mathilde Vial

Le vent dans les cheveux (et dans les yeux), on se croirait presque dans une scène de Spirit. Un conseil : reviens vite à la réalité parce qu’un parcours de cross est semé d’embûches !

La chute dans le gué = l’impératif de tout parcours de cross qui se respecte.

Crédit : Equestrian News/Mathilde Vial

Rien de mieux que d’aller goûter l’eau du gué sous l’œil inquiet des grenouilles qui y vivent. Tout cela est, en plus, d’une hygiène irréprochable, évidemment.

Sait-on jamais, si le juge d’obstacle regardait ailleurs à ce moment-là

Crédit : Equestrian News/Mathilde Vial

Comment ça j’avais l’intention d’aller sauter l’option courte ? Non, non, vous avez mal vu monsieur, j’axais juste mon option longue et vous n’avez pas compris ma trajectoire.

Parce que, malgré les frayeurs, les blessures, les refus, les ratés, on aime le complet et on sait très bien pourquoi.

Crédit : Equestrian News/Mathilde Vial

Le Complet, son ambiance, son exigence, ses sensations, sa communauté. Love. 🤍


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s