Petits rappels de génétique de base.

Parce que nous ne sommes pas tous des généticiens diplômés, et pour comprendre l’essentiel de cet article, nous allons vous expliquer les bases. La robe d’un cheval ne sort pas de nul part, en effet, elle est tributaire de l’expression ou non de certains gènes sur les chromosomes. 

Un gène est un petit morceau d’ADN qui code une information génétique particulière. L’ensemble des gènes d’un individus est nommé le génotype. L’expression des gènes est ainsi appelé le phénotype. Les gènes se trouvent sur les Chromosomes qui sont la forme condensée de l’ADN. Ces chromosomes sont au nombre de 64 chez les chevaux soit 32 paires (Contre 23 chez les humains). Chaque chromosome existe donc en double dans chaque cellule de l’organisme, ainsi chaque gène est également présent en double dans chaque cellules. 

Ils peuvent exister différentes versions, soit différents allèles pour un gène donné. Ces allèles peuvent agir sur le phénotype via leur forme récessive ou dominante. Ainsi, pour un gène A : on note A ou A+ son allèle dominant et a ou A- son allèle récessif. La spécificité d’un allèle récessif est qu’il a besoin d’être présent sur les deux chromosomes de la même paire pour s’exprimer, contrairement à un allèle dominant qui s’exprimera même s’il n’est présent qu’une seule fois

Les gènes vont influer sur différents caractéristiques, nous nous concentrerons sur les gènes qui codent pour les robes. Malheureusement cela n’est pas si simple que cela puisqu’un gène n’équivaut pas forcément à une robe. Il y a en effet plusieurs gènes qui vont agir entre eux et agir sur la couleur de la peau, la robe ou les crins. 

Aussi un gène dit dominant n’aura besoin que d’une version de l’allèle dominant pour s’exprimer complètement. Un gène semi dominant s’exprimera que partiellement lorsque l’individus est hétérozygote et complètement lorsque l’individus est homozygote dominant. Un gène récessif ne s’exprimera que l’individus est homozygote récessif.

Les gènes de base

La robe d’un cheval est de base sous l’action de deux gènes principaux codant des pigments :

  • le gène Extension E dont la forme dominante E code pour le pigment [noir] et la forme récessive pour le pigment [rouge]
  • le gène Agouti A, existant tout deux sous forme dominante A et récessive a et s’exprimant via sa forme dominante.

Cela va donc agir sur les robes de base soit le noire, alezan ou bai.

  • Un alezan sera forcément double récessif sur le gène Extension. Il aura donc comme génotype (e//e), ce qui annule l’action du gène A quelque soit son génotype : (A//A) ou (A//a) ou (a//a)
  • Un Bai sera (E//e) ou (E//E) et devra avoir au moins un allèle dominant du gène Agouti, sont génotype sera donc (A//a) ou (A//A)
  • Un noir doit également posséder au moins un allèle E dominant, il sera donc (E//e) ou (E//E) et doit être double récessif pour le gène Agouti soit (a//a)

Des gènes supplémentaires vont venir “compliquer” la robes pour ainsi en obtenir certaines que nous allons essayer de vous expliquer aujourd’hui.

Ndlr : pour les connaisseur en génétique, dans les écritures ci-dessous, nous ne tiendrons pas compte du fait que les gènes cités soient libres ou indépendants. Ils seront notés par défaut comme s’ils étaient liés.

Publié dans Non classé

Une réflexion sur “Petits rappels de génétique de base.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s