10 cavaliers d’obstacle du 20ème siècle au palmarès impressionnant !

Ils ont marqué l’histoire de notre sport par leurs performances au plus haut niveau. Devenus les pères de l’équitation moderne, nous vous faisons découvrir ou redécouvrir les grands noms du CSO du siècle dernier.

Pierre Jonqueres D’Oriola

Rien de tel que de commencer par un cavalier français. Pierre Jonqueres D’Oriola est le cavalier français le plus titré au niveau olympique en CSO individuel. Oui, Pierre Durand n’est pas la première médaille d’or olympique individuelle : Pierre Jonqueres D’Oriola a su s’imposer à deux reprises dans la discipline. En 1952 avec Ali Baba lors des Jeux Olympiques d’Helsinki et en 1964 à Tokyo avec Lutteur B, alors qu’il était le seul cavalier de la délégation française. Il sera aussi vice-champion olympique par équipe à Tokyo en 1964 et à Mexico en 1968.

Jean D’Orgeix

Il n’aura pas la même carrière internationale que le cavalier précédent. Il fut tout de même un sportif accompli : cavalier olympique, il décroche une médaille de bronze individuelle à Londres en 1948 avec Sucre de Pomme, puis met fin à sa carrière de cavalier pour se consacrer à la voltige aérienne, discipline dans laquelle il sera champion du monde par la suite. C’est en 1973 que Jean d’Orgeix revient sur la scène internationale du monde équestre à la tête de l’équipe de France de CSO jusqu’en 1977. Il accompagna, entre autres, l’équipe de France lors de leur victoire olympique par équipe en 1976 à Montréal. Ecrivain par dessus le marché, il a écrit neuf livres sur l’équitation de saut d’obstacles.

Piero & Raimondo D’Inzeo

Les frères d’Inzeo sont des cavaliers militaires italiens. Nous savons tous qu’atteindre un sport à son plus haut niveau demande un certain talent et une certaine rigueur. Peu nombreux sont ceux qui parviennent à la sélection olympique. Alors comprenez que les frères d’Inzeo sont vraiment des cavaliers hors pair, car tous deux ont eu des médailles olympiques. En 1960, lors des Jeux Olympiques à Rome (ITA), devant leur public que les frères D’Inzeo réalisent même l’exploit d’un doublé olympique pour la même nation mais aussi un doublé olympique de la même famille : dans l’épreuve individuelle de CSO des Jeux Olympiques de 1960, Raimondo D’Inzeo et Piero se sont octroyé les deux premières places du podium si convoité. [ce dernier déjà médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de 1956 à Stockholm (SWE) devant son frère ainé médaille de bronze aux même jeux, que Raimondo s’appart de l’or olympique et son frère Piero de la médaille d’argent.] Ils sont encore à l’heure actuelle les deux seuls frères avoir réalisé l’exploit d’un doublé familial aux JO.

Hans Günter Winkler

Nous connaissons tous la qualité des cavaliers allemands et cela ne date pas d’hier. Hans Günter Winkler en est la preuve : 5 fois médaillé d’or aux Jeux Olympiques, dont une fois en individuel à Stockholm en 1956 devant les deux frères D’Inzeo, 2 fois Champion du monde individuel (en 1954 à Madrid et en 1955 devant son public à Aix-La-Chapelle). Il est l’un des cavaliers les plus titrés de l’histoire avec 7 médailles olympiques, 2 médailles de Champion du monde et 4 médailles aux Championnats d’Europe.

Alwin Schockemöhle

Voici une autre grande famille équestre allemande la famille Schockemöhle. Dans la famille Schockemöhle, Alwin est le plus titré au niveau olympique avec une médaille d’or individuelle aux jeux de Montréal en 1976 et 3 médailles par équipes. On lui connaît aussi un titre de double Champion d’Europe par équipe et en individuel en 1975 devant son public germanique à Munich (ALL). Il sera aussi sacré non pas une, ni deux, ni même trois mais bien quatre fois Champion d’Allemagne en 1961-1963-1967-1975.

David Broome

Cavalier britannique, David Broome a remporté 3 médailles de bronze aux Jeux Olympiques : deux fois en tant que cavalier individuel et une fois par équipe. Mais il a aussi été titré Champion d’Europe Individuel à trois reprises, ainsi qu’une fois par équipe. C’est pourtant à l’occasion de deux Championnats du Monde que David Broome, qui avait déjà prouvé sa valeur, va obtenir ses plus belles victoires : en 1970 aux Mondiaux de la Baule, il ne se contentera plus seulement de médailles Européennes ! Il obtient l’Or Mondial au terme d’une épreuve magnifique rassemblant évidement tous les meilleurs cavaliers de la planète sur le terrain si particulier et magique de la Baule. Cette médaille d’or, il la confirmera en l’emportant une seconde fois, par équipe cette fois, en 1978 à Aix-La-Chapelle (ALL).

Janou Lefebvre

Cavalière olympique à trois reprises, durant les Jeux de Tokyo en 1964 et en 1968 à Mexico et en 1972 à Munich. Au Brésil, Janou Lefebvre fera partie de l’équipe de France médaillée d’argent par équipe. Elle sera aussi sacrée à deux reprises Championne du Monde féminine deux ans après sa médaille d’argent olympique à Copenhague puis en 1974 à La Baule les deux fois avec son cheval Rocket.

Pierre Durand

Nous connaissons tous ce cavalier, Champion Olympique en 1988 à Seoul avec son petit cheval noir Jappeloup. Oui, Pierre Durand a marqué le CSO français lors de ses victoires internationales avec Jappeloup. En plus de son titre à Séoul, il avait déjà été au sommet de l’Europe l’année d’avant : Champion d’Europe individuel et médaille de bronze par équipe en 1987, Pierre Durand fut l’un des piliers de notre équipe tricolore durant plusieurs années.

John Whitaker

Cavalier britannique, il est connu pour être avec son cheval gris Milton l’un des couples légendaires à la même époque que Pierre Durand et Jappeloup. Vainqueur de la finale coupe du Monde en 1990 et 1991, John Whitaker a été médaillé d’Or Olympique avec l’équipe de Grande-Bretagne en 1984 à Los Angeles. Encore présent de temps à autre sur les plus grands concours nous pourrons noter sa participation aux Championnats d’Europe à Madrid en 2011 où il ajoutera à son palmarès une 5e médaille d’argent par équipe, alors âgé de 56 ans.

Eric Navet

The Iceman – l’homme de glace, notre Normand international, cavalier de nos champions Quito de Baussy et Dollars du Mûrier entre autres. Son palmarès ? Double Champion du Monde par équipe et individuel en 1990 lors des JEM de Stockholm (SWE) sur Quito de Baussy, puis Champion du monde par équipe et vice-Champion du monde individuel en 2002 à Jerez De La Frontera en selle sur Dollars du Mûrier. Sélectionné pour trois jeux olympiques dont en 1992 à Barcelone avec Quito de Baussy avec une médaille de bronze par équipe. Pour ne citer que cela. En 1992, Éric Navet s’est même retrouvé au sommet du Monde Équestre puisqu’il a atteint la place de numéro 1 à la World Ranking List.

Source : Olympique.org – Wikipedia


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s