10 chevaux qui ont marqué la carrière de Christian Ahlmann !

Les cavaliers de haut niveau croisent la route de nombreuses montures au cours de leur carrière, mais certaines laissent une trace plus importante que d’autres. Chez Christian Ahlmann, entre Marion Jauß et Zangersheide, un grand nombre de chevaux auront eu l’honneur de concourir sous les couleurs du studbook belge. Voici 10 chevaux qui ont façonné la vie de Christian Ahlmann !

Cöster

Crédit: Reckimedia via Christian Ahlmann

Cöster a rejoint les écuries de Christian Ahlmann à l’âge de 8 ans en 2001. C’est alors le début du succès pour le couple, puisque deux ans plus tard le duo rafle les deux médailles d’or au Championnat d’Europe de Donaueschingen et un an plus tard, ils contribuent à l’obtention de la médaille de bronze de l’équipe allemande aux Jeux Olympiques d’Athènes. Outre ces podiums, le couple se sera également illustré pendant de nombreuses années en Grand Prix avant que le phénoménal gris prenne sa retraite en 2009, toujours aux côtés de son cavalier.

Lorenzo

Crédit : Geckert-Fotografie

Avec cet étalon westphalien par Lord Caletto, l’allemand a pu ajouter de nombreuses victoires à son palmarès comme le Grand Prix d’Arezzo en 2006 ou encore le CSI**** de Viennes en 2009, Lorenzo était le cheval de sport idéal, toujours prêt à donner le meilleur de lui même une fois en piste.

Lorena 111

Crédit : Agence RB Presse

Christian Ahlmann se sera octroyé un bon nombre de classements avec cette fille de Larenco, aussi bondissante que rapide : prix Merial à Equita Lyon en 2012, Grand Prix 1m55 à Stuttgart en novembre 2012, Grand Prix de Paris un mois plus tard… Cette année là, le duo cumule 8 victoires sur le circuit international.

Little Lady Z

Crédit : Peggy Schröder

Connaissez-vous cette petite jument d’1m60 qui sautait sa taille ? Associée à Christian Ahlmann, Little Lady Z s’est illustrée au plus niveau pendant quelques années, notamment en remportant une épreuve cotée à 1m60 à Lyon en 2013. Toujours au rendez-vous dans les plus belles échéances, cette fille de Laptop tant généreuse qu’attachante, a également sa place dans ce Top 10 !

Asca Z

Crédit : Photo Les Garennes

La carrière sportive d’Asca fut courte, mais suffisante pour laisser une grosse impression dans les souvenirs de ses cavaliers. Performant dans les épreuves jeunes chevaux avec Judy-Ann Melchior puis au plus haut niveau avec Christian Ahlmann, Asca était apprécié pour sa facilité, sa combativité, et son sang. Il s’est en outre octroyé l’épreuve « Sires of the World » de Malines en 2012, mais aussi la prestigieuse Coupe des Nations du CSIO5* de Calgary en 2013 aux côtés de l’équipe allemande à l’âge de 10 ans. Aujourd’hui étalon phare du Studbook Zangersheide, ce fils d’Askari transmet toutes ses qualités à ses produits et on espère revoir Christian avec une descendance de ce formidable gris, qui sait ?

Taloubet Z

Crédit : Salomé Leclerc / Equestrian News

Pour Christian, Taloubet est son cheval de cœur, la relève de Cöster, puisque le couple se forme en 2009. Une fois en piste, cet exceptionnel fils de Galoubet A connaissait parfaitement son rôle et répondait toujours présent, ce qui lui a permis de s’illustrer quelque soit l’enjeu : Grands Prix, Coupes des Nations ou encore Coupes du Monde (Leipzig 2011), dont une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 par équipe, Taloubet cumule 26 victoires internationales ! Pour leur dernier parcours, alors âgé de 18 ans, « Talou » a encore prouvé qu’il était en grande forme en remportant le Grand Prix Coupe du Monde de Leipzig en 2018 juste avant de se retirer. « Taloubet c’était le patron aussi bien en piste qu’à l’écurie, tous les chevaux le respectaient (même Codex !)« , nous confie Elsa Fau, groom de Chrsitian Ahlmann.

Codex One

Crédit : Rolex Grand Slam

Retiré l’été passé à Hambourg, ce fils de Contendro I aura marqué les esprits mais surtout celui de son cavalier. On se souvient d’Aix la Chapelle en 2014, où « Cody » s’empare du Rolex Grand Slam offrant à son cavalier un « rêve d’enfant ». Codex était un cheval très dans le sang et difficile à gérer, c’est pourquoi en concours il lui fallait un box matelassé et en bout de ligne, mais une fois en piste il se transformait en compétiteur hors pair, ce qui lui permet de comptabiliser 11 victoires internationales.

Caribis Z

Crédit : Tiffany van Halle

Si ce petit gris à l’œil bleu attire régulièrement l’intention sur lui, il ne faut pas en négliger ses qualités de compétiteur : bien qu’ayant évolué dans l’ombre de Taloubet Z et Codex One, Caribis occupe une place importante dans le cœur du cavalier allemand. Cheval de sport moderne, à l’âge de 13 ans ce fils de Caritano est déjà titulaire de 10 victoires sur la scène internationale : sa première participation dans un Grand Prix aux côtes d’1m60 se solde par une victoire époustouflante (Longines Masters de Hong Konk en 2017), avant de réitérer quelques mois plus tard dans le Grand Prix de Saint Tropez ou encore le Grand Prix Coupe du Monde de Leipzig 2019 où il succède à Taloubet Z. En piste, « Caribis est un véritable guerrier et cela se ressent même à l’écurie » nous révèle Elsa, qui a elle aussi un petit coup de cœur pour le bondissant gris.

Tokyo 2

Crédit : Thomas Reiner

Âgé de 13 ans, Tokyo est désormais un cheval sur lequel l’allemand peut compter et en qui il croit beaucoup. Ce fils de Kannan a déjà prouvé sa valeur, notamment en prenant les troisièmes place du Longines Grand Prix de Valkenswaard et du Grand Prix Coupe du Monde de Stuttgart en 2018. Dynamique et bondissant, sur la piste Tokyo est une véritable machine de guerre, mais une fois à l’écurie « c’est une vraie diva, à traiter avec beaucoup de délicatesse » raconte Elsa.

Dominator 2000 Z

Crédit : Fiona Pasquier / Equestrian News

Aussi impressionnant que performant, Dominator n’a pas laissé indifférent Christian Ahlmann, et il compte bien évidemment sur lui pour les années à venir ! Dès leur premier Grand Prix 1m60 au Saut Hermès en 2019, le couple termine à la 2ème place, laissant présager un futur prestigieux comme le démontre leurs deuxièmes places dans la Coupe du Monde de Madrid et celle de Leipzig. Pour Christian, « Dominator est un génie de la barre, il aborde tous ses sauts avec une facilité déconcertante« . En plus de son coup de saut hors du commun, « c’est certainement lui le plus intelligent de l’écurie avec Caribis ! » nous explique Elsa.

Les chevaux ont tous leur particularité, mais certains nous marquent plus que d’autres : lequel vous a le plus impressionné ?


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s