Avoir son cheval au pré: version honnête.

C’est le rêve de bien des cavaliers : avoir Petit Tonnerre dans son jardin, ou à deux pas de sa maison, toute l’année au pré et profitant de prairies verdoyantes. Mais il va sans dire que si on idéalise le fait d’avoir Petit Tonnerre auprès de soi, il y a forcément un revers de la médaille… Voyons ensemble les mythes et réalités d’avoir son poney au pré !

1- Trouver le pré idéal

Ca semble évident sur le papier, mais en réalité, trouver le pré de tes rêves pourra se révéler plus compliqué que prévu. Le pré ? Pardon, LES prés, car l’idéal est de pouvoir tourner sur plusieurs parcelles pour garder de l’herbe toute l’année. Entre la localisation, les aménagements disponibles ou possibles, la taille, le prix… serait-ce une nouvelle mission pour Stephan Plazza ?

2- Les clôtures (et l’entretient général de ton pré)

Alors oui, avoir un pré pour son cheval c’est l’idéal : de l’espace pour gambader, un cadre de vie que l’on essaie de rapprocher de ses besoins primitifs mais… qui dit pâture, dit CLÔTURE ! Et les clôtures c’est de l’organisation: il faut les installer et les entretenir. Alors prépare tes gants les plus solides, tes bottes et un tendeur pour les fils car tu as du pain sur la planche ! Une fois que les clôtures sont entretenues, tu peux t’attaquer au coup de girobroyeur pour éliminer les ronces et tout ce que ton cheval ne mangera pas.

©http://www.equitanet.com/

3- Les saisons

L’été, les chaleurs exigent un coin ombragé couplé à un abri en cas d’orage. L’automne est humide et l’hiver, c’est encore pire : entre boue et poussière, tu as tout intérêt à avoir de quoi affronter toutes les saisons, car galoper au milieu des prés en fleur c’est photogénique, mais aller nourrir dans 82cm de terre boueuse ça l’est moins !

4- L’eau

Oubliez le ruisseau qui coule en contre bas d’un joli pré vallonné, peu sont aussi chanceux. Préparez donc vos meilleurs astuces pour acheminer de l’eau au pré de Petit Tonnerre : récupérateur d’eau de pluie, tonne à eau, ou seaux à remplir tous les jours… « Choose your fighter » ! Sans oublier qu’en période de fortes chaleurs, puisque l’eau tourne en 3 jours, il te faudra redoubler d’ingéniosité pour aller récurer ton bac à eau !

©Collection privée – Charlène Jacquel

5- Le transport

Alors oui, avoir son cheval chez soi c’est la liberté absolue de faire ce que l’on veut avec… si on a une « poney-mobile » pour l’emporter là où l’on veut aller ! Sinon, bonjour les recherches à tout bout de champ pour trouver quelqu’un avec une voiture pour tracter, un van, ou un petit camion !

6- Monter

Certes, tous les propriétaires d’équidés ne le montent pas, mais lorsque Petit Tonnerre est installé dans le jardin une nouvelle problématique se profile : trouver un endroit adéquat pour monter. Il vous faudra un terrain assez grand, un sol correct, pas trop loin, praticable toute l’année, … Sans oublier que la nuit tombe à 17h30 en hiver !

7- La nourriture

Oublie les grasses matinées du dimanche, avec ton cheval dans un pré c’est debout à 6h pour aller nourrir ! Semaines comme weekends, vacances comme jours d’école !

8- La voiture bien rangée

Celle-là tu peux l’oublier aussi, ta voiture sera une sellerie, un garde manger, une pharmacie et une garde robe à la fois (parce que oui, tu n’iras pas nourrir en escarpins de 8cm au mois de décembre, tout comme tu n’iras pas bosser en pantalon d’équitation ! Quoique ? ) Tout cela à moins qu’elle ne le soit déjà, comme tout bon cavalier qui se respecte !

© Equestrian News – Zoé Preel

9- Les urgences qui ne préviennent pas

En même temps, les urgences ne préviennent jamais. Petit Tonnerre boîte un soir avant d’aller en soirée : tu ne peux plus te reposer sur le gérant des écuries, alors tu appelles tes potes pour annuler et tu attends patiemment le véto de garde…

10- Le bonheur

Oui parce qu’on rigole un peu avec quelques « mauvais » côtés, mais avoir son cheval proche de chez soi, en pâture avec quelques potes, c’est quand même un bonheur inégalable : celui de pouvoir profiter de lui à chaque instant, de le choyer quand tu en as envie, d’aller dans son pré si ça te chante et pourquoi pas de s’improviser une petite nuit à la belle étoile en compagnie de Petit Tonnerre !

© Equestrian News – Marie Oriol

Et toi alors, tu as ton cheval dans ton jardin ?

Post Scriptum : cet article est évidemment à prendre sur le ton de l’humour, chaque aventure équestre est différente !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s