La parole à… Romain Perfetti, Speak/r !

  • Post author:
  • Reading time:9 min de lecture

Equestrian News revient aujourd’hui avec une interview qui donne le micro à Romain Perfetti alias SPEAK/R. Peut-être connaissez-vous déjà Romain, ou même avez-vous vu son travail sur les réseaux sociaux, mais le plus probable n’est en fait pas d’avoir déjà entendu parler de lui mais de l’avoir entendu parler, lui ! Car oui, Romain est speaker. Ce métier, souvent méconnu ou résumé au simple fait d’annoncer les partants sur un concours, est en fait bien plus complexe et passionnant qu’il n’y paraît sans s’y pencher. À travers cet entretien, nous allons tenter d’en saisir tous les aspects.

Commenter les parcours, féliciter les sans-fautes, trouver les mots justes pour motiver et mettre en confiance au moment du départ mais aussi réconforter lors des déceptions.”

Prendre son courage dans une main… et le micro dans l’autre

Motivé depuis toujours par un grand intérêt pour les médias et fort de plusieurs expériences chez des groupes tels qu’M6 ou TF1, Romain Perfetti s’est petit à petit rapproché du micro notamment lors de week-ends de bénévolat au Haras de Jardy. “Un des premiers, (…) c’était l’Amateur Team (ndlr : en 2016) pour des RLM (ndlr : reprises libres en musique) de dressage. On s’était éclatés dans la cabine ! Ça m’avait beaucoup plu. Puis, petit à petit, j’ai speaké sur pas mal d’évènements.”

Cette passion, si elle s’est révélée progressivement, a retenti d’autant plus fort aux Championnats de France Amateurs de Concours Complet, à Fontainebleau, en 2019. “C’était un des premiers concours que je gérais en entier : du dressage au cso en passant par le cross. Je me suis vraiment amusé : faire mes fiches, investiguer, speaker…
Romain a d’ailleurs écrit, à la suite de cette expérience, un post sur sa page Facebook qui cite : “quel plaisir d’avoir accompagné les cavaliers tout au long de leurs épreuves ! Commenter les parcours, féliciter les sans-fautes, trouver les mots justes pour motiver et mettre en confiance au moment du départ mais aussi réconforter lors des déceptions. Bref, être présent pour les cavaliers et le public et surtout, faire vivre le concours !
Les sensations sont bonnes et ça donne envie de recommencer et d’en faire régulièrement, affaire à suivre…

Alors speaker, une vocation ? Comment le devient-on ? “ A ma connaissance, ce sont souvent des journalistes ou des professionnels d’une discipline qui deviennent speaker. Il n’existe pas vraiment de formation spécifique, par contre on peut se former à la prise de parole, l’expression orale. Speaker c’est avant tout faire passer des émotions avec la voix”

Être speaker dans le monde équestre

Mais alors, faut-il se positionner en tant qu’expert des sports équestres pour commenter les épreuves ? “En ce qui me concerne, je ne me considère pas comme expert de la discipline mais j’ai les connaissances nécessaires pour la présenter. La passion joue pour beaucoup là dedans. Quand je réalise des émissions, mon rôle est de présenter, d’animer, pas d’apporter une analyse technique du sport ou de la discipline, c’est pourquoi je m’entoure toujours d’un consultant technique, qui lui, a une véritable légitimité. Ça me permet de proposer des émissions complètes et de toucher également plusieurs sports autres que l’équitation.

Par ailleurs, c’est la capacité d’un speaker à s’intéresser au sujet qu’il traite qui fera une réelle différence, car c’est primordial “d’apporter des informations supplémentaires, aller discuter avec (…) les cavaliers, grooms, propriétaires, pour avoir des infos diversifiées et utiles à apporter au public.”

“Il faut se rendre compte que les gens comptent sur toi pour donner toutes les informations, les maitriser. Il faut trouver les mots justes, s’adapter.”

Penser que le travail de speaker ne se résume qu’à l’action de “speaker” elle-même est largement réducteur puisque c’est en oublier le travail de préparation très conséquent pour trouver des informations pertinentes et exclusives, tout cela en amont de l’évènement.
C’est difficile à faire comprendre (…) qu’on n’est pas là seulement pour la journée. Sur un événement international de deux jours, par exemple, je vais mettre une journée pour préparer mes fiches, récupérer des données et être au point. Sans compter que, le soir, je vais aller discuter (…) pour avoir des témoignages à délivrer le lendemain : l’état de santé des chevaux, les objectifs, les impressions, etc.

Un métier d’adaptation et de curiosité

Plus que le simple (pas si simple, en réalité) fait de savoir s’exprimer et de maîtriser l’art de l’éloquence et du rythme: “bien parler, structurer ses phrases, savoir respirer, tout cela pour faire vivre le concours à travers la façon de parler“, un speaker se doit d’avoir une “très forte capacité d’adaptation : savoir par exemple adapter son discours au public qui l’écoute et à la typologie d’événement. Certains concours nécessitent plus de rythme que d’autres, certains plus d’informations, certains de faire participer le public au spectacle. Nous devons sans cesse nous adapter pour faire passer les bonnes émotions au bon moment.”

Humainement, le métier nécessite de la curiosité “d’abord pour aller chercher la donnée complémentaire,  et ensuite pour se demander ce que les gens ont vraiment envie d’entendre.”

“Les backstages, ça me passionne depuis toujours ! Par exemple, il y a plein de film que je n’ai pas vu mais dont j’ai vu les making-of…!”

La curiosité de Romain, transparait aussi dans sa volonté de faire connaître au grand public les coulisses, les “backstages”, du contenu exclusif et hors de l’ordinaire, “vrai et sans filtre“.

Speaker, mais pas que !

Romain ne se cantonne pas qu’à l’activité de speaker sur les concours de sports équestres ou autres évènements. À côté de ça, il propose également la couverture médiatique d’événements en immersion, avec ce qu’il appelle les “INSIDES”. Il crée de nombreux contenus exclusifs depuis les coulisses afin de faire vivre l’événement sur les réseaux sociaux : vidéos, stories commentées au plus proche de l’action, interviews bord de piste, lives… Tout ce qu’il faut pour plonger le public au cœur des concours, entre autres !

L’interview bord de piste avec Zazie Gardeau, ici !

© Equestrian News/Amélie Berthenet

Il étend également son rôle de présentateur en proposant à des marques et événements, la création et la présentation d’émissions digitales : Émissions plateau, podcasts, interviews ou encore webinaires…

Via sa page SPEAK/R, il a par exemple lancé en mars dernier, pendant le confinement, les “Apéro Live“, émissions digitales avec différents acteurs du monde équestre : cavaliers, grooms ou préparateur mental, par exemple.

Même si j’ai beaucoup aimé tout ce que j’ai fait avec mes invités, je dois avouer que la rencontre avec Kamel m’a particulièrement marqué.
En effet, Kamel Boudra, figure médiatique phare des sports équestres, a lui aussi pris l’Apéro Live avec Romain. “C’est aussi un exemple pour moi. Assez souvent, dans mon travail, on m’a comparé à lui, et c’est super gratifiant ! Du coup, forcément, l’avoir en face de moi c’était quelque chose de particulier. D’autant plus que l’épisode est passionnant ! (…) J’étais hyper fier de faire cette interview.

Mais en réalité, toutes les rencontres comptent. C’est hyper valorisant (…) de sentir la confiance que l’on m’accorde dans ces interviews et de voir tous les retours positifs, à la fois du public et des interviewés.

Au sein du réseau EQUYP

Depuis 2020, Romain fait partie du réseau EQUYP. C’est “un réseau spécialisé dans les sports équestres. (…) un pôle “multi-compétences”, qui regroupe plusieurs speakers, un site de gestion de résultats et de chronométrage, la captation d’événement, la gestion de réseaux sociaux… L’idée est de proposer aux organisateurs une solution “tout en un“, qui regroupe tout ce dont ils ont besoin pour assurer une expérience inoubliable tout en minimisant le nombre de prestataires différents sur leurs événements.

À l’initiative d’EQUYP : Yann Pierre, que Romain qualifie comme l’une des rencontres qui ont aidé à son développement. “Il m’a beaucoup apporté, donné beaucoup de conseils et continue à m’accompagner aujourd’hui à travers EQUYP. La confiance qu’il me porte est aussi très valorisante.

Annulations, huis-clos, Covid… sale temps pour les speakers

En tant que speaker, on est forcément dépendant de la tenue des événements. Par conséquent, toute cette partie de mon activité est mise à mal. Par contre, les deux autres parties de ce que je propose qui sont les immersions et les émissions trouvent, elles, leur place. C’est la force de mon offre : elle peut s’adapter au contexte actuel. J’offre aux organisateurs la possibilité de faire rayonner leur événement via le digital.”

En effet, le huis-clos professionnel accroît l’importance d’une bonne communication via les réseaux sociaux. Le public ne pouvant pas se déplacer sur les événements, la seule option pour faire vivre le concours est désormais digitale, pour une durée malheureusement encore indéterminée. 

“Les réseaux sociaux sont une manière simple et rapide de médiatiser un événement et lui donner une visibilité internationale. Je pense aux Insides que j’ai réalisés pour Lignières-en-Berry, le Grand Complet ou encore Jardy. Beaucoup des publications ont été partagées à l’étranger, ce qui a permis d’accroître la visibilité de ces concours ” 

Avec les huis clos, les événements tendent à se dérouler dans leur coin et le public a plus que jamais besoin de les vivre d’une autre manière.

L’interview d’Alexander Bragg, ici !

C’est aussi ce qu’a engendré la situation sanitaire : les conditions extrêmes poussent les esprits inventifs à se réinventer et chercher des solutions pour permettre de contourner les interdictions. Au-delà des réflexions rationnelles et légitimes sur la visibilité de notre sport, ce sont les personnes telles que Romain qui nous permettent de vivre au mieux cette période en nous emmenant au plus près des terrains qui nous manquent tant.

Puisqu’il n’a pas mis ses deux pieds dans le même sabot, Romain Perfetti parvient donc à diversifier son offre et s’adapter au contexte actuel. “Et puis… on s’accroche ! Il faut bien.”

Romain Perfetti
📍Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *