10 citations inspirantes de Jean-François Pignon

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :4 min de lecture

L’homme au milieu du troupeau. Jean-François Pignon. Cela fait une trentaine d’années qu’on retrouve cet artiste et surtout cet homme de cheval sur des spectacles équestres à travers le monde. Autodidacte, c’est avec Gazelle, une pouliche d’un an que son père avait acheté, que tout a commencé. Il a créé avec elle une complicité sans nom et elle l’a conduit à sa carrière d’artiste équestre. Souvent surnommé « L’homme qui murmure à l’oreille des chevaux », alors qu’il ne murmure pas. Car, pour lui, toute la communication avec les chevaux est non-verbale. Lisez plutôt.

Le cheval te parle avec sa respiration. Il a envie de sentir la tienne, sentir ton calme. Ils ont une façon de détecter nos émotions…

On ne le contredira pas. Les chevaux détectent nos émotions et ne se comportent pas de la même façon lorsque l’on est détendu ou stressé.

En fait, on ne peut pas mentir à un cheval. On est face à un cheval comme un livre ouvert.

Jean-François Pignon, s’est lancé un défi : apprivoiser quatre chevaux dans leur milieu naturel, en totale liberté, dans le campo de Florent Pagny. 40 jours de voyage initiatique en Patagonie où il va mettre en œuvre son savoir faire et sa patience : peu à peu, la magie opère… Extrait du documentaire 40 jours, 4 criollos et du silence

La recette de Jean-François Pignon pour communiquer avec votre cheval

La pause doit être aussi confortable qu’un seau de carottes

Savoir donner une vraie pause à Petit Tonnerre. Il est là le secret. Pour Jean-François Pignon, il faut alors cesser toute interaction, même avec le regard.

Lorsque nous voulons récompenser le cheval pour avoir bien fait, nous lui donnons généralement une carotte ou un biscuit comme récompense. Mais, cela n’a pas de véritable signification pour lui : avez-vous déjà vu deux chevaux échanger des carottes ? Si vous voulez faire quelque chose de vraiment agréable pour le cheval, détendez-vous, respirez, ne faites aucune demande, pas même avec vos yeux parce que lorsque vous regardez un cheval dans les yeux, vous lui dites qu’il y a un problème.

En plus, ça fera faire des économies en carottes 😉
Enfin, ça n’empêche pas d’en donner quand même après le travail !

Le Calme, la fermeté et la justesse puis l’amour. Ce sont les ingrédients nécessaires pour établir une relation de respect et de confiance entre vous et votre cheval

Jean-François Pignon
© Jean François Pignon sur Instagram

Amusez-vous ! Si on aime ce que l’on fait, on le fait bien.

Et c’est vrai pour tout, mais sans doute encore plus avec nos chevaux. Il faut prendre du plaisir !

Un monde de silence

Le monde des hommes n’est pas comme le monde des chevaux. Le monde du cheval est le monde du silence. Ils communiquent avec le langage corporel.

Pour Jean-François Pignon, les claquements de langue et autres sont inutiles pour communiquer. Bon, on veut bien essayer mais il n’est pas dit qu’on y parvienne ! Chassez le naturel, et il revient au galop ! D’ailleurs, l’artiste équestre dit qu’il est plus facile parfois de travailler avec des poulains jamais manipulés et des personnes qui ne connaissent pas les chevaux car il n’y a pas de mauvaises habitudes de prises ni pour l’un ni pour l’autre.

Jean-François Pignon
Comme le dit Jean-François Pignon, dans le documentaire Ma foi en pleine nature : “Seul l’amour construit”

Ce serait bien si chaque entraineur passait un certain temps à étudier les chevaux en troupeaux. Vous apprenez beaucoup en observant leur comportement.

On ne le dira jamais assez. Il est essentiel de passer du temps juste à observer son cheval. C’est aussi ce que conseille Edwina Tops Alexander

La domination est un mot qui embarrasse les gens, mais nous devons être dominants et aimants, dominants et justes, c’est-à-dire capables de demander ce qui est nécessaire.

Dominer n’est pas péjoratif. D’ailleurs, au sein d’un troupeau, la dominance est attribuée à la jument la plus capable de maintenir le troupeau en vie.

Dans son premier film, Gazelle, Jean-François Pignon retrace son parcours

C’est moi qui apprends leur langage. Ce n’est pas moi qui leur apprends mon langage.

Et, pour cela, il est essentiel d’être à l’écoute de son cheval.

Sources : France 3, Cheval Star, La Repubblica

Laisser un commentaire