10 propriétaires relous aux écuries

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Parmi les propriétaires des écuries, il y a ceux qu’on adore et avec lesquels on passe toujours du bon temps, et ceux avec lesquels ça ne colle pas. Il n’y a rien à faire, ils sont vraiment relous.

Celui qui pense qu’il a tous les droits parce qu’il paye

Ha ! Qu’il est agaçant ce propriétaire qui pense que tout lui est dû et qu’il a tous les droits parce que lui « il paye ». Ce n’est pas comme si les autres propriétaires ne mettaient pas, eux-aussi, la main à la poche !

Celui qui ne ramasse pas ses crottins

Il y a toujours un proprio qui a un cheval qui ne fait jamais de crottins dans la carrière, d’après ses dires en tout cas. Pourtant souvent, lorsqu’il en ressort la carrière en est tapissée alors qu’il a été le seul à l’utiliser… On jouerait presque la carte de la mauvaise foi.       

Celui qui est hypocondriaque… avec son cheval !

Il y a les personnes hypocondriaques, et les propriétaires qui le sont avec leurs chevaux. Alors que Petit Tonnerre est en pleine forme, son propriétaire lui trouve toujours toutes les maladies et pathologies du monde. Bon par contre, celui-là, il fait le confort financier de son véto et de son ostéo !

propriétaires relous
Il y a toujours un propriétaire hypocondriaque avec son cheval ou qui le surprotège constamment. Tellement même que c’est finalement toujours celui qui finit par se blesser !

Celui qui se croit champion du monde parce qu’il est propriétaire

On peut aussi tomber dans l’écurie sur le nouveau champion du monde en titre. Souvent d’ailleurs ce propriétaire-là est loin d’être le plus performant, mais quand on l’écoute parler dans les écuries on pourrait le croire !

Stage ici, leçon avec untel… Problème : l’humilité est une compétence qui ne s’achète pas !

Celui qui n’est jamais content et qui veut presque monter un syndicat

Il y a toujours un mécontent dans les écuries : la carrière est trop dure ou trop molle, trop sèche ou trop mouillée, le foin trop poussiéreux, son cheval n’a pas été sorti assez longtemps, il y a trop de boue dans le paddock. À chaque fois qu’il vient, il râle. C’est à se demander pourquoi il ne change pas d’écurie ? Il serait certainement mieux ailleurs. Mais, le problème, c’est qu’il a justement essayé toutes les écuries de la région et que rien ne lui convient.

Celui qui lâche son cheval dans le manège et s’en va alors qu’il pleut des trombes d’eau

Les joies de l’automne et de l’hiver. Il y a toujours un propriétaire qui n’a pas le courage de monter et lâche alors Petit Tonnerre dans le manège. Jusqu’ici rien d’agaçant. Sauf qu’il a toujours le malheur de disparaître pendant des heures et que la queue pour avoir accès au manège ne cesse de s’allonger.

Celui qui ne range pas la carrière

Alors qu’il y avait un super parcours d’obstacles de monté sur lequel vous tu pensais t’entrainer (tu sais, du genre de ceux qu’installe Thierry Rozier pour ses chevaux) ou au contraire que la carrière est vidée pour travailler la reprise de dressage, le propriétaire relou arrange l’espace à sa sauce lorsqu’il monte et ne remet rien en place ensuite. Du coup quand tu arrives, il faut déjà passer 20 minutes à tout ranger avant de pouvoir commencer. Oui c’est agaçant !

Il faut voir le positif : porter des barres et ranger les obstacles, ça échauffe !

propriétaires relous
Le propriétaire qui ne range rien, une vraie plaie !!

Celui qui ne maitrise rien

Parmi les propriétaires relous, celui qui s’est acheté un jeune cheval alors qu’il n’a clairement pas encore le niveau pour. Conclusion, lorsqu’il monte sur la carrière, mieux vaut patienter parce que l’on sait d’avance que ça va partir en rodéo à un moment ou un autre et déclencher un mouvement général d’hystérie parmi les autres chevaux de la carrière. Il vaut mieux assister au spectacle à pied et attendre patiemment que la chute tant attendue écourte la séance.

Les chiens, on les aime ! Mais pas au milieu de la carrière quand on essaye de travailler Petit Tonnerre.

Celui dont le chien est constamment au milieu de la carrière

Ah, les cavaliers et leurs chiens ! Une histoire d’amour. Tout le monde les aime, à condition qu’ils soient “un peu” éduqués et que leur propriétaire leur apprenne à ne pas rentrer sur la carrière. C’est pénible ce chien qui déboule constamment quand tu as enfin réussi à obtenir un peu de décontraction de la part de Petit Tonnerre, ou qui se trouve pile là où tu voulais passer… Bon c’est pas grave, il n’y a plus qu’à recommencer !

Celui qui demande toujours à ce qu’on lui sorte son cheval

Alors autant tu veux bien dépanner ponctuellement et d’ailleurs, ce propriétaire sait que tu ne diras pas non. Mais ce qui est agaçant c’est que ce n’est pas de temps en temps, mais très (trop) souvent. Et en plus, quand toi tu lui demandes un service, ce propriétaire n’a jamais le temps.

Alors tu fais partie de quel type de propriétaire ?

La publication a un commentaire

  1. Arn ould

    Bonjour
    Si je peux me permettre. C’est la main à la poche.. Pour le premier… Sauf sj vous vouliez dire que le propriétaire est embaucher pour nettoyer le box de son cheval ou qu’il vient le nourrir pour économiser…?

Laisser un commentaire