Portrait – Cher Époux, dites lui oui !

  • Post author:
  • Reading time:10 min de lecture

L’étalon dont nous allons parler aujourd’hui a conquis plus d’un coeur. D’un simple coup d’oeil, il est presque inévitable d’être séduit.e par son modèle sans faille, tout en finesse et en force.

Lire cet article, c’est prendre le risque de choisir inconsciemment le prochain père de son poulain !

© Coll. Privée Marie Bouchanville

S’il est maintenant reconnu comme star montante du complet et producteur incomparable, Cher Époux a une histoire singulière qui vaut la peine d’être racontée.

Né au sein de l’élevage de la famille Bouchanville, le mâle n’a pas tardé à faire son effet. « Dès tout jeune, il se déplaçait comme un seigneur au milieu des autres poulains. », raconte sa cavalière de toujours, Marie Bouchanville.

Mais revenons-en aux origines de cette graine de champion : Cher Époux est issu du mariage entre la poulinière coup de cœur de Sylvie Bouchanville, Épouse du Taillan (par Qyou de Longvaut) et de Network, fameux étalon de courses d’obstacles à la production remarquable. « C’était une des dernières années pendant lesquelles Network était disponible pour les juments de sport. Il était tellement bon et produisait si bien qu’après ça, ils l’ont réservé au monde des courses avec une certaine cotation. »

Le savant mélange Selle Français / Pur Sang

À la mère, « bien charpentée, avec un fort coup de saut (elle avait séjourné chez Bosty dans ses jeunes années avant de se faire mal tellement elle sautait fort !) », Network a su apporter du sang et de la finesse. « D’ailleurs, on l’a croisée uniquement avec des pur-sang de course. (…) Ça a donné Union Libre (par Baloo du Camp), Viv la Mariée (par Sabrehill) et puis Cher Ép ! » Et après Union, Viv et Cher Époux, sont nés de la même mère : Dis moi Oui, Épouse Moi (2014, ISO : 99 ; ICC : 115) et Gendre Idéal (2016, ICC : 92)

Le père de Cher Époux avait des allures plus plaisantes que la majorité des purs-sang de courses. « Network avait été labellisé France Dressage : il se déplaçait super bien, c’était un grand cheval avec une grande épaule, (…) un équilibre assez hors du commun », qualités que l’on trouve d’ailleurs chez son fils.

Après plusieurs essais pour ce croisement, « Au dernier moment, enfin, elle a rempli ! ». Onze mois plus tard, Cher Époux voit le jour aux écuries de Chevannes.

Épouse du Taillant, suitée de Gendre Idéal

Un foal d’exception

« Nous n’avions jamais gardé de chevaux étalons. », raconte Marie. Pourtant, très vite l’évidence s’impose : « Dès le début, il avait ce truc en plus, ce chic, cette prestance. (…) On l’a emmené au régional des foals et… il a gagné. On l’a remis dans son petit pré, laissé grandir tranquillement. Quand on a vu son évolution, magnifique, déjà fait en père, on a décidé de le garder entier. »

Les concours modèles et allures s’enchaînent et le bai brun fait définitivement l’unanimité : il gagne à nouveau le régional l’année suivante et se qualifie pour la finale à Saint-Lô. « On n’y avait jamais emmené de chevaux, on s’est demandé si ça valait le coup… puis les juges là-bas nous ont vraiment encouragé en disant qu’il avait vraiment quelque chose à jouer. Nous voilà donc partis pour Saint-Lô ! »

Là-bas encore, la locomotion hors normes du poulain ne laisse personne indifférent et il remporte le titre national des étalons de 2 ans.

Et ça ne s’arrête pas là : « l’année d’après, rebelote : on ne s’y attendait pas du tout car il était très typé pur-sang par rapport aux poulains selles français, mais il a gagné de nouveau. »

Cher Époux devient donc le seul cheval à avoir remporté le titre de Champion des Mâles 2 et 3 ans.

De 4 à 7 ans, il confirme sa qualité

Après de tels résultats, naturellement, de nombreuses propositions de valorisation ont émergé tant l’étalon se montrait prédisposé à de grandes choses.

Mais la valorisation de Cher Époux, né dans l’élevage familial, a été logiquement confiée à Marie, qui avait largement fait ses preuves sur les terrains de complet. À poney avec Filou du Breuil jusqu’aux Championnats d’Europe, en Junior puis en Sénior en épreuves Pro et Coupe des Nations CCIO4*-S à Pratoni Del Vivaro avec Viv la Mariée (2019).

C’est donc dans les épreuves jeunes dès 4 ans qu’ils font leurs débuts, avec succès. Cher Ép est un excellent sauteur avec une aisance naturelle et des allures plaisantes qui font leur effet.

À 4 ans, il est 7ème de la finale à Pompadour. L’année suivante, il se place encore en 7ème position et il finit 4ème du Championnat des 6 ans, obtenant sa sélection pour le Mondial du Lion. « À 6 ans, il était au top de sa forme. Il n’avait pas touché une barre de la saison, droit comme un I : j’allais au Lion pour un podium ! »

Au moment de partir, Cher Époux déclare une pathologie qui s’attaque à ses poumons, relativement grave et dangereuse. Sous une forme foudroyante, la maladie donne très vite des fièvres conséquentes à l’étalon, qui est envoyé en urgence en clinique. « Je remercie encore la clinique vétérinaire de Clermont. Ils l’ont clairement sauvé. »

Une occasion de briller enlevée à Marie et son étalon, qui s’en est, par chance, bien remis. « Ça a été pris en charge très rapidement (…) heureusement, il n’a pas eu de séquelles. ». Cher Époux a donc repris tranquillement le travail pour sa saison des 7 ans, pendant laquelle il se montre très régulier. « Au Championnat de France des 7 ans, au Pin, je n’ai pas fait mon cross car l’accident de notre regrettée Thaïs avait eu lieu juste avant. Je l’avoue, après ça, je n’ai pas ressorti le cheval : je n’avais pas vraiment la tête à ça, ça été un peu compliqué… Pour jouer la sélection, il aurait sûrement fallu courir une fois ou deux de plus, mais je ne pouvais pas trop. », explique Marie, d’autant plus touchée qu’elle la connaissait très bien.

Prometteur jeune cheval de complet, Cher Époux n’a donc pas eu l’occasion de montrer son talent aux Championnats du Monde des chevaux de 6 et 7 ans, sans pour autant manquer de se faire remarquer en France par de nombreux acteurs du complet.

« Bien sûr, pour sa carrière d’étalon, ça aurait été un plus, mais le principal c’est que le cheval aille bien ! »

Deux saisons blanches

La saison suivante, il suit les stages d’hiver au Pôle et se prépare à reprendre, très en forme. « Mais Fontainebleau a été annulé, et la crise du Covid a commencé. Les concours ont repris fin mai ou début juin mais j’étais enceinte de quatre mois et j’arrêtais justement de monter ! (…) Cette année-là nous a permis de lui faire faire des paillettes au Haras sans entacher sa carrière sportive. »

L’étalon a donc consacré une année à sa carrière de reproducteur puis a repris le travail, d’abord en hiver, puis en début d’année. Fin prêt à reprendre le chemin des concours, il a fait sa rentrée à Jardy en Pro 4 puis à Laizé en Pro 3, remportant les deux épreuves. « Il a été génial sur les deux concours, rien à dire. C’est de super bon augure pour la suite. »

Marie a donc décidé de l’emmener à Pompadour courir le 2*-L en ce début de mois de juin. « Je suis un peu déçue de ce concours, il y avait une grosse entrée de gué en numéro 4 sur le cross et on n’avait pas eu l’occasion d’en refaire depuis presque 2 ans. Ce sont des choses qu’on ne peut pas prévoir avant d’engager, ça arrive. C’est dommage car j’avais vraiment à cœur de lui faire reprendre les concours par des petits cross faciles et agréables pour lui ! »

Car, comme tout bon cheval, Cher Époux a les défauts de ses qualités : très respectueux à l’obstacle, il en devient presque un peu précieux et a besoin de quelques obstacles pour se mettre à l’ouvrage sur le cross. Une fois lancé, par contre, rien ne l’arrête !

Pour la suite, Marie ne se précipite pas : il évoluera à son rythme. « Il est encore jeune. Bien sûr, l’objectif serait d’aller faire 4*/Pro Élite la saison prochaine, mais si c’est encore trop tôt pour lui je ne m’affolerai pas, je lui laisserai le temps. Ce n’est pas un cheval qu’on veut vendre, on n’a pas cette pression. L’important c’est qu’il soit au top de ses 12 à 16 ans. »

Un excellent père qui marque ses poulains

Cher Époux est un étalon qui assoit progressivement son excellente réputation. « Cette année, on doit être à environ 40 saillies vendues. Parmi les poulains qu’on voit grandir, il y en a déjà qui sortent vraiment du lot. Je pense notamment à Iron Man de Favrais, tout juste approuvé étalon. Dans les 4 ans aussi, beaucoup d’éleveurs nous ont renvoyé des vidéos et des échos super positifs sur leurs poulains. »

Il transmet à la fois « sa belle locomotion, sa souplesse et son dos très facile d’utilisation ». Et ce n’est que l’aspect physique : les poulains sont équilibrés, sains et volontaires. Ce sont du moins les premiers retours des éleveurs qui l’ont choisi.

« La plupart des poulains ont aussi le même geste à l’obstacle que leur père : très rangé avec un super passage de dos. Le gros plus, c’est qu’ils sont faciles, et ce n’est quand même pas négligeable. »

Une chose est sûre, que ce soit en tant que cheval de sport ou en tant qu’étalon reproducteur, la carrière de Cher Époux ne fait que débuter. Travaillé et entouré au quotidien par une famille qui le reconnaît à sa juste valeur, ce champion a le cadre idéal pour laisser s’exprimer pleinement son potentiel qui ne semble pas avoir de limites.

Laisser un commentaire